Posted by: Dr. Y. | November 10, 2012

Seigneur Crocodile et Jeune Fille

Crocodile

Crocodile

Il était une fois un homme et une femme qui, malgré de longues années de mariage, n’avaient pas d’enfants.  L’épouse s’en désolait et se désespérait.  Un matin, elle parti puiser de l’eau au marigot.  Tout le long du chemin, elle avait pensé au bébé qu’elle n’aurait jamais et son visage était couvert de larmes.  Seigneur Crocodile l’entend pleurer et s’approche : Femme, qu’as-tu ? Pourquoi sanglotes-tu si fort que tu troubles la paix de ma retraite ?

En tremblant, elle lui répond : Seigneur crocodile, je suis mariée depuis seize ans et je n’ai jamais pu donner d’enfant à mon époux.  Quand je vois les bébés des autres femmes, je sens mon cœur se briser et mes entrailles se déchirer. Epris de compassion, Seigneur Crocodile déclare : Femme, si tu désires vraiment un enfant, je puis t’aider ! Mais tu dois d’abord me jurer que tu exécuteras tous mes ordres.

Pleine d’espoir, la pauvre créature essuie ses larmes et donne sa promesse qu’elle obéira en tout à son bienfaiteur.  Parlez ! Je ferai tout ce que vous direz.  Alors seigneur crocodile lui dit : Retourne chez toi.  Prends trois œufs et apporte-les-moi.

La femme part aussitôt.  Quelques instants plus tard, elle est de retour avec les œufs et les offre au seigneur crocodile. Celui-ci les prend gravement et continue :  Ecoute-moi bien maintenant!  dans neuf lunes, ton enfant naîtra.  Si c’est un garçon, élève-le dans le respect de ceux de mon espèce.  Il faut qu’il devienne notre ami, et ne nous fasse jamais la guerre en souvenir de moi.  Si c’est une fille, alors, prépare-la à devenir mon épouse dès qu’elle aura éteint l’âge oublie.

–  C’est promis ! seigneur crocodile, grand merci de votre bonté.  Je raconterai à mon mari ce que vous avez fait pour nous et nous tiendrons parole, s’écrie la femme transportée de joie.

La mere et le bebe

La mère et le bébé

Les jours passèrent et elle mit au monde une ravissante petite fille.  En grandissant, celle-ci devient si belle et si gentille que, malgré son jeune âge, les demandes en mariage affluent.  Les meilleurs chasseurs, les pêcheurs les plus habiles, les agriculteurs les plus fortunés viennent trouver les heureux parents et leur proposent des dots de plus en plus importantes pour que la fillette devienne à dix ans l’épouse de leur fils.

Les parents sont très flattés et tentés par cette possibilité de richesse.  Et le mari se fâche contre sa femme en disant : Oh ! Toi et ta stupide promesse ! Où avais-tu la tête de jurer à un Crocodile qu’il deviendrait l’époux de notre petite merveille ? A-t-on jamais vu cela ? Notre enfant bien-aimée sera la femme d’un prince ! je te l’assure.

Quand la jeune fille atteint l’âge oublie, son père et la mère redoublent de précautions.  Chaque fois qu’ils s’en vont aux champs, ils l’enferment dans la case et se gardent bien de lui parler de seigneur crocodile crie :

Fillette, apprends que je suis l’époux à qui tes parents t’ont promise avant ta naissance. Quand ils reviendront, dis –leur que je serai de retour demain matin pour prendre ce qui m’est dû !

Les parents arrivent à la tombée de la nuit et la jeune fille leur raconte en pleurant ce qui s’est passé.  Le père se fâche très fort et décide d’agir.  Il se cache à l’intérieur de la case bien fermée et attend sans bouger l’arrivée de seigneur crocodile.  Dès que celui-ci est devant la porte, le père vise soigneusement et lui envoie dans l’œil une flèche empoisonnée. Seigneur crocodile pousse un grand cri : Ingrat ! Puis il meurt.

Ensuite, les parents demandent à la belle qui elle désire épouser parmi tous ses prétendants.  Mais celle-ci fait la moue : Comme tous ces garçons sont vilains avec leur visage balafré ! Moi je ne me marierai qu’avec un homme qui n’aura aucune cicatrise sur le corps ou sur le visage.

Beaute africaine sculptee par Charles Henri Cordier (1800s)

Beauté africaine sculptée par Charles Henri Cordier (1800s)

Mais c’était bien difficile car, en ces temps-là, dès la naissance, selon la coutume, on faisait les scarifications tribales à tous les enfants mâles.

Un beau jour, un jeune prince, dans le pays voisin, entend vanter la beauté de la jeune fille.  Il se rend dans le village de l’autre coté du fleuve, la coutume est différente.  Je n’ai aucune cicatrice ni sur le corps ni sur le visage.  Veux-tu devenir mon épouse ?

La jeune fille accepte et suit le prince dans son royaume.  Mais, depuis ce jour, les crocodiles ont cessé d’être les amis des hommes.  Quand une femme ou un enfant s’approche trop du marigot, ils ouvrent leur terrible gueule et crac ! Ils happent la jambe ou le bras de l’imprudent puis l’entraînent dans l’eau pour le dévorer.  Voilà ce qui arrive quand on se montre ingrat envers son bienfaiteur.

Conte tiré de “Contes des Lagunes et Savanes,” Collection ‘Fleuve et Flamme,’ édition Edicef, 1975


Responses

  1. I’m so glad to hear one of our african tales once more again, This one talking about Crocodile was in french tho I’d like it to be in English still I’m grateful to you all and encourage you.

    Like


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: