“Jébalè / Jebale” by Elolongue Epanya Yondo

Douala_Wouri River_2_Djebale
Wouri river and the Djebale island seen on the other side

I share here a poem by the Cameroonian poet Elolongue Epanya Yondo about his beautiful native island of Jebale, Cameroon. Note that Elolongue Epanya is the uncle of another great Senegalese-Cameroonian poet David M. Diop known for his amazing poem “Afrique / Africa“. Jebale (Jébalè or Djebale) is an island on the Wouri River, in Douala, Cameroon. It is also one of the places whose kings signed on 15 July 1884, a treaty of protectorate with German merchants from the firm Jantzen & Thormählen, thereby agreeing to the infamous Germano – Duala Treaty signed 3 days earlier on 12 July 1884 by King Bell and others. In 1884, Jebale was then known as Jibarret.

Douala_Wouri River
View of Jebale and the Wouri river, Douala, Cameroon

As you read Yondo’s words, you can imagine the beauty of his homeland, this island, Jebale, on the Wouri river. Jebale is known as the “emerald island, flamboyant jewel” on the Wouri estuary, on the coast of Cameroon. The author cites well-known coastal rivers of Cameroon, the Bimbia creek, the Sanaga River, the  Dibamba river, the Kwa-Kwa river, and also notes other islands of the Littoral, Malimba and Suellaba. In this poem, the author anchors his words in the rich tradition of the coastal Sawa people as he cites the Miengu and the Mbeatoe, those big shrimps known as Camarões which led to the name of the country Cameroun via the Wouri RiverRio dos Camarões. For those who have visited Jebale, it is indeed an emerald island, mostly known as a small fishing village; however in the eye of Elolongue Epanya Yondo, it is his love, the one he cannot wait to come back to, from exile. Enjoy!

This poem was published in Paris on February 25th 1972, in revue Présence Africaine, numéro 84 (4e trimestre 1972), re-published in Anthologie Africaine: Poésie Vol2, Jacques Chevrier, Collection Monde Noir Poche, 1988, and translated to English by Dr. Y. Afrolegends.com .

====

Jebale by Elolongue Epanya Yondo

Jébalè’

A mon neveu David Morsamba Diop.

Jébalè mon île d’émeraude

Joyau flamboyant au confluent

De la gorge altière du Wouri

Je me souviens

De tes nattes verdoyantes

Fouettant en cascade

L’haleine salée du littoral

Jébalè mon île d’émeraude

Terre dont le souffle

Des Miengu et des Mamy-Wata

Féconde le cycle des Mbéatoè

Enigmatiques hommes d’eau

Qui sèment l’abondance

Jébalè mon île d’émeraude

Je cherche dans les fissures du temps

Dans la gueule écumante

de la baie du Biafra

tous les replis d’eau

qui mangèrent goutte à goutte

un chapelet d’îles

jaillies des entrailles de l’océan

comme des gerbes de nénuphars

Jébalè mon île d’émeraude

Je cherche dans l’écume poreuse

Les cônes bleu-gris

Dont la beauté effervescente

Arrachait des soupirs

          De lame de fond a l’océan

          Tombé en pâmoison

Jébalè mon île d’émeraude

Je cherche le chemin du retour

Du maquis de mon long exil

A travers l’île des buffles

Que fixait hier

La pointe multicolore de Suellaba

Je cherche sur tes flancs

Le point de repère de l’estuaire subjugué

Lançant à l’assaut de l’esprit gardien

De la crique du Bimbia

A l’île Malimba

Du Wouri coiffé de palétuviers

A la Dibamba des grandes profondeurs

De la Sanaga hydre immense

A la bouche silencieuse de la Kwa-Kwa…

Des gueules d’eau déchaînées

Et des bras de mers insaisissables

Pour pénétrer ton mystère

Consacrant ta légende des légendes

Jébalè mon île d’émeraude

Terre première de mon enfance

Dont le sel fermente ma mémoire

Je grave ton image impérissable

Sur la grève qui se moire

Au miroir d’un ballet lumineux

Du flux et du reflux

Qui propagent ton nom

Par la voix claire des clapotis.

Jebale’ 

To my nephew David Morsamba Diop.

Jebale my emerald island

Flamboyant jewel at the confluence

Of the haughty Wouri gorge

I remember

Your green braids

Whipping in cascade

The salted breath of the coast

Jebale my emerald island

Land whose breath

Of the Miengu and the Mamy-Wata

Fertilizes the cycle of the Mbeatoe

Enigmatic men of water

Who sow abundance

Jebale my emerald island

I search through the cracks of time

In the foaming mouth

Of the Biafra bay

All the folds of water

Which ate drop by drop

A rosary of islands

Sprung from the bowels of the ocean

Like sheaves of water lilies

Jebale my emerald island

I search in the porous foam

The gray-blue cones

Whose effervescent beauty

Drew out sighs

          Of groundswell from the ocean

          Fallen into a swoon

Jebale my emerald island

I am looking for the way back

From the maquis of my long exile

Through the buffalo island

That set yesterday

The multicolored tip of Suellaba point

I am looking on your sides

For the landmark of the subjugated estuary

Launching the assault of the guardian spirit

From the Bimbia creek

To the Malimba island

Of the Wouri dressed with mangroves

To the great depths of the Dibamba

To the Sanaga immense hydra

To the silent mouth of the Kwa-Kwa…

Ramps of water

And the elusive arms of the sea

To penetrate your mystery

Consecrating your legend of legends

Jebale my emerald island

First land of my childhood

Whose salt ferments my memory

I engrave your imperishable image

On the shore which shines

In the mirror of a luminous ballet

Of ebb and flow

Which spread your name

By the clear voice of the ripples.

‘Ils m’ont dit’ de Francois Sengat-Kuo / ‘They told me’ by Francois Sengat-Kuo

I would like to share another poem ‘Ils m’ont dit‘ by  François Sengat-Kuo published in Fleurs de Latérite, Heures Rouges Éditions Clé, 1971. This poem ‘They told me’ is all about reclaiming African-ness. I know it doesn’t quite sound like it, but here is someone who left all to please others, in this case the European masters, and in the end decides to reclaim what is his, his culture, and above all himself. The poem deals with colonization times, the service of African soldiers in World war I and II, and then independence or rather the quest to find oneself. And yes, once he decides to put himself first, they tell him that he is a traitor. I bring you here “Ils m’ont dit” (They Told Me) translated to English by Dr. Y. on Afrolegends.com

 

Sengat_Kuo2

‘A la Princesse’ de Patrice Kayo / ‘To the Princess’ by Patrice Kayo

A true African beauty: Mama Africa, Miriam Makeba
A true African beauty: Mama Africa, Miriam Makeba
Queen Nzingha of Angola
Queen Nzingha of Angola

I read this love poem written by the Cameroonian writer Patrice Kayo. I thought it so deep, beautiful, and worth sharing with all. Enjoy this poem ‘A la princesse / To the princess’! The original was published in Paroles intimes 1972, P.-J. Oswald. The French version of the poem was taken from ‘Anthologie Africaine: Poesie, Jacques Chevrier, Hatier 1988, P.129.Translated to English by Dr. Y., afrolegends.com .

A la Princesse

Tu es l’innocence des fleurs et le sourire de l’aurore

tu es le doux éclat du soir

et la virginité de l’inconnu

tu es la gaiété du ciel etoilé

la candeur des clairs de lune.

 

Tu es la douceur des nuages des belles saisons

tu es la corolle qui s’ouvre

sur l’humble hauteur de ma colline

mais le chemin est long

qui mène jusqu’à toi

tu es l’aube lourde de promesses

et ton sourire, le murmure joyeux

du vent sur la savane

tu es le havre de mon Coeur déchiré

lorsqu’y volète le papillon

du doute et de l’angoisse.

 

Tu es la fertilité de la terre

et la limpidité du matin

tu es le beau pays de mes rêves

le champignon

que je voudrais cueillir

au lever de l’aube de l’amour

tu es l’eau pour ma soif tenace

et dans le gouffre de mon silence

je ne murmure que pour toi.

 

Tu es la hutte élevée par le destin

sur mon chemin sans abri.

 

Tu es l’oiseau posé

sur l’arbre de ma solitude

et quand tu t’envoleras

tu emporteras mon espoir.

 

Tu es le kolatier

planté dans l’étroit champ de mon destin

laisse tomber pour moi

le salutaire fruit de l’accord

pour que par le même chemin

nous titubions ensemble

vers la grande mer

la mer de l’éternité

 

Ecoute je t’aime comme on meurt

innocemment, totalement

et je t’attendrai comme le bonheur :

tous les jours.

 

To the Princess

You are the innocence of flowers and the smile of the dawn

you are the soft evening glow

and the virginity of the unknown

you are the gaiety of the starry sky

the candor of moonlights.

 

You are the clouds’ gentleness on beautiful seasons

you are the corolla which opens

on the humble height of my hill

but the path is long

that leads up to you

you are the dawn heavy with promises

and your smile, the joyous murmur

of the wind on the savannah

you are the haven of my broken heart

as flutters the butterfly

of doubt and anguish.

 

You are earth’s fertility

and the morning’s clarity

you are the beautiful country of my dreams

the mushroom

that I would like to pick

at the dawn of my love

you are the water for my tenacious thirst

and in the pit of my silence

I murmur only for you.

 

you are the hut elevated by fate

on my way without shelter.

 

You are the bird resting

on the tree of my solitude

and when you will fly away

you will take away my hope.

 

You are the kola tree

planted in the narrow field of my destiny

drop for me

the salutary fruit of agreement

so that by the same path

we stagger together

towards the great sea

the sea of eternity

 

Listen, I love you as one dies

innocently, totally

and I will wait for you like happiness:

every day.

 

Interview de Thomas Sankara par Mongo Beti

Thomas Sankara
Thomas Sankara a Ouagadougou

Je n’ai pu m’empêcher de partager avec vous ce pur joyau d’un autre temps: une interview du President Thomas Sankara par Mongo Beti.  Cette interview n’avait jamais été publiée auparavant, jusqu’à ce que l’épouse de Mongo Beti, Odile Tobner, la mette sur le site de la Société des Amis de Mongo Beti (SAMBE).  En 1985, Mongo Beti eut une entrevue privée avec notre ‘Che’ africain, Thomas Sankara, à la fin de laquelle, il lui envoya d’autres questions auxquelles Thomas répondit.  Ci-dessous, vous trouverez quelques extraits de cet entretien, où j’ai mis les questions de Mongo Beti sous formes de thèmes, et les réponses de Sankara suivent juste après (en bleu).  Pour l’intégrale, prière de visiter SAMBE.

==========

Sur les attaques ennemies:Il y a partout aujourd’hui, aux quatre coins du continent, des N’Krumah, des Lumumba, des Mondlane, etc. Que Sankara soit éliminé aujourd’hui physiquement, il y aura des milliers de Sankara qui relèveront le défi face à l’impérialisme. …Toutefois, pour mille et une raison, notre peuple et la jeunesse révolutionnaire africaine restent attachées à Sankara et ne souhaitent jamais que le moindre malheur lui arrive.

Sur la corruption: “Sans être un sociologue averti, ni un historien des sociétés précapitalistes africaines, je ne pourrai pas affirmer que la corruption est propre aux sociétés africaines. C’est un phénomène lié avant tout au système capitaliste, système socio-économique qui ne peut véritablement évoluer sans développer la corruption. Elle est donc incontestablement un héritage maudit de la colonisation. Ainsi, logiquement, pour combattre valablement la colonisation, le colonialisme et même le néocolonialisme, il faut aussi s’attaquer à la corruption.

Alexandre Biyidi Awala, a.k.a. Mongo Beti
Alexandre Biyidi Awala, a.k.a. Mongo Beti

Sur les traditions africaines et la place de la femme (polygamie, excision): “On ne fait pas de révolution pour régresser dans le temps. C’est pour aller toujours de l’avant. La Révolution ne peut qu’étouffer tous les aspects négatifs de nos traditions. C’est cela notre combat contre toutes les forces rétrogrades, toutes les formes d’obscurantisme, combat légitime et indispensable pour libérer la société de toutes les emprises décadentes et de tous les préjugés, dont celui qui consiste à marginaliser la femme ou à la chosifier. … Nous luttons pour l’égalité de l’homme et de la femme, pas d’une égalité mécanique, mathématique, mais en rendant la femme l’égale de l’homme devant la loi et surtout devant le travail salarié. L’émancipation de la femme passe par son instruction et l’obtention d’un pouvoir économique. Ainsi le travail au même titre que l’homme, à tous les niveaux, la même responsabilisation et les mêmes droits et devoirs sont des armes contre l’excision et la polygamie, armes que la femme n’hésitera pas à utiliser pour se libérer elle-même et non par quelqu’un d’autre.”

Sur la cooperation, et la conference au sommet des chefs d’Etats francophones: “Lutter pour son indépendance face au colonialisme ne veut pas dire que l’on se prépare, une fois celle-ci obtenue, à quitter la terre pour aller s’isoler
quelque part dans le cosmos.  Quant aux conférences au sommet des chefs d’État francophones, ils servent, chaque fois que nous avons l’occasion d’y prendre part, de tribune, de tremplin pour notre révolution, pour la faire connaître, de dire ouvertement ce qu’elle pense de ces conférences ou instances politiques. Y participer pour dénoncer ce qui ne va pas dans l’intérêt des peuples africains est une stratégie beaucoup plus payante que les sarcasmes envoyés de l’extérieur.

Sur le franc CFA: “le franc CFA, lié au système monétaire français est une arme de la domination française. L’économie française et, partant, la bourgeoisie capitaliste marchande française bâtit sa fortune sur le dos de nos peuples par le biais de cette liaison, de ce monopole monétaire.

Sur le panafricanisme et Nkrumah: “Tout le monde constate aujourd’hui avec amertume, face aux méfaits et autres exactions de l’impérialisme en Afrique, que N’krumah avait très bien raison d’aller de tous ses voeux à l’unité du continent. Néanmoins l’idée demeure et il nous appartient, il appartient aux patriotes africains, de lutter partout et toujours pour sa concrétisation. Il appartient à tous les peuples panafricanistes de reprendre le flambeau de N’Krumah pour donner espoir à l’Afrique.

Sur le parti unique: “Ce qui est discrédité c’est le parti unique bourgeois, parce que obéissant à une idéologie d’injustice, donnant le premier rôle à une minorité au détriment de la majorité. Un parti unique démocratique, c’est-à-dire un parti du peuple, ne peut en aucun cas être discrédité, parce qu’au service d’un peuple, des intérêts de la majorité. C’est sur une telle base qu’il faut voir la question du parti unique, qui est aussi une vision des masses.

Sur la privatisation de certains secteurs: “La révolution burkinabé considère l’initiative privée comme une dynamique qu’elle prend en compte dans l’étape actuelle de la lutte du peuple burkinabé. … L’État ne peut pas s’engager dans une étatisation tous azimuts, même si le contrôle d’un certain nombre de secteurs vitaux de notre économie s’avère indispensable.

Au camarade Mongo Beti, 3/11/85
La patrie ou la mort, nous vaincrons !

‘Ils Sont Venus’ de François Sengat-Kuo / ‘They Came’ by François Sengat-Kuo

Le partage de l'Afrique a la Conference de Berlin de 1884
Le partage de l'Afrique à la Conférence de Berlin de 1884

As we talk about neo-colonialism, and the new conquest of Africa, I thought about sharing this poem ‘They Came‘ by the Cameroonian writer François Sengat-Kuo published in Fleurs de Latérite, Heures Rouges Éditions Clé, 1971.  In the poem, he talks about colonization and how Africans were fooled by European missionaries who were always preceding European explorers and armies.  I particularly like the sentence: “they came, … bible on hand, guns behind.”  How true! In the days of colonization, Europeans claimed to be bringing civilization and christianity to pagans across the globe.  Today, they bring development, globalization, and democracy…  same ol’ thing → submission and slavery of the people.  Enjoy!

Ils sont venus

au clair de lune

au rythme du tam-tam

ce soir-là comme toujours

l’on dansait

l’on riait

brillant avenir

ils sont venus

civilisation

bibles sous le bras

fusils en mains

les morts se sont entassés

l’on a pleuré

et le tam-tam s’est tu

silence profond comme la mort

 

They came

by the light of the moon

to the rhythm of the tam-tam

that night as always

we were dancing

we were laughing

brilliant future

they came

civilization

bibles under the arm

guns in hand

the dead bodies piled up

we cried

and the tam-tam was silenced

profound silence like death