Commemoration: 11 April 2011, the day Côte d’Ivoire was defaced!

Cote d'Ivoire
Cote d’Ivoire

It was on 11 April 2011, exactly 2 years ago, that Côte d’Ivoire, the land of the elephants, was defaced!  Yes…  I remember the tears streaming down my cheeks as I watched an African country being bombed by a foreign country (France) for … frauds during elections.  Before then, I had heard the term ‘francafrique‘, but always thought that it belonged to the past, and never for once thought that in this day and age, after African nations had just celebrated “50 years of independence”, we could be bombed.   See the irony of everything?  How could our people celebrate 50 years of independence in 2010, and then be bombed in 2011, because of internal affairs?  Whether anybody likes it or not, what happened in Côte d’Ivoire was an internal affair: fraud during elections, and international observers sent in to monitor elections all said that there were frauds in the northern part perpetrated by the armed rebels of Alassane Dramane Ouattara (ADO).  Since Gbagbo was the man to take down, we then heard that the ‘international community’ was summoning Gbagbo to step down.  Who remembers this nice ‘international community’ summoning Bush to let Al Gore take power after election fraud in the US in 2000?

And ever since, France and the ‘developed’ nations have not stopped bombing us: they even ganged up to bomb Libya, now Mali, Central African Republic, … it’s like “who is going to be next?”  Yes… centuries and years before, Africa was raped… but it never just stared you in the face like this… or rather they did not openly bomb us?  Is it true?  the Napalm bombs dropped in Cameroon during the independence war, or the bombs used in Algeria during the Algerian war, or in Madagascar claim otherwise. …  I guess in 50 years of independence, our history books had always been written by others, and we willingly let ourselves be brainwashed.

Laurent Gbagbo
Laurent Gbagbo

Some may ask “why are you writing this now? what good will it do? ADO is in power, Gbagbo is in prison, so there is nothing else to do.” Well…  my friends, you sound like losers.  We owe it to future generations to write “our” story ourselves, tell “our” side of history.  Everybody, or at least … nobody should spend 50 years thinking that they were independent like we did for the past 50.  We all need to know that Gbagbo stood for a higher fight, and bravely stood for his country.  Because of him we all openly saw what happened in Côte d’Ivoire: how the head of the electoral commission was ‘bribed’ by the French and American ambassadors in Côte d’Ivoire, how Africa was bribed with stupid temporary seats on the UN security council (South Africa, Nigeria and Gabon), how the Nigerian president was called 11 times in a day by the French one (Sarkozy) to force the CEDEAO and ECOMOG to military intervene in Côte d’Ivoire, how Jacob Zuma (the president of South Africa) abandoned Gbagbo (like he later did with Kadhafi, in a 360-degree turn), how the African Union was full of stupid cowards who all sided with the European union, how the international community declared an embargo on medicine (drugs), and refused to deliver any drugs as the country was being bombed, how they blocked cocoa from Côte d’Ivoire (the number one producer of Cocoa in the world) until after ADO took over, how the African intelligentsia just crucified Gbagbo and 50% of Ivorians in a go (without ever voicing a word of reason), how Gbagbo was betrayed by his main generals (Mangou and Kassaraté), and finally how France bombed the presidency of Côte d’Ivoire, murdering thousands on its way.  The list is so long… and Yes… we all saw it… and today some are silent… we have to write… it is our duty to our children.

Our celebrated writer, Chinua Achebe said:  “There is that great proverb — that until the lions have their own historians, the history of the hunt will always glorify the hunter.” …  “It’s not one man’s job.  It’s not one person’s job.  But it is something we have to do, so that the story of the hunt will also reflect the agony, the travail — the bravery, even, of the lions.”

11 April 2011 – The Day the Re-colonization of Africa started!

Flag of Côte d'Ivoire
Flag of Côte d'Ivoire

Today, I would like to remind everybody that April 11th, 2011 is the day the re-colonization and balkanization of Africa started anewOn 11 April 2011, Africa was raped in broad daylight… the presidential palace of Côte d’Ivoire, the national television, the siege of parliament, were bombed, and the president of the country, Laurent Gbagbo, and his entourage, were captured like vulgar thieves by the French army, ONUCI forces, and rebel forces (Laurent Gbagbo – No to a Complicit Silence, Côte d’Ivoire- 20 ans de destabilisation mis a nu).   Many Ivorians had to seek refuge in neighboring countries, Ghana and Liberia, while the genocide of the Guéré and Wê people occurred.  All this was done in broad daylight, as other African heads of state clapped and saluted France and the ‘international community’ for restoring democracy (see Africans and the Trap of Democracy)… or rather tyranny in Côte d’Ivoire.   One year on, Côte d’Ivoire, the beautiful, looks like a ghost of herself.  I remember crying, praying, marching against the inferno that descended upon Côte d’Ivoire the beautiful.  Yes… fire descended upon Côte d’Ivoire.  Here is the video which Gregory Protche, of Gri-Gri International, published and which I particularly enjoyed, making a retrospect on what really happened during the post-electoral crisis in Côte d’Ivoire: how an entire country was put under siege, embargoed, no banks, no medicine… just bombs, and how Alassane Ouattara never won the elections.  A few weeks later, this was also done to another country just north of Côte d’Ivoire, Libya. I still cannot believe that many Africans saw the bombing of a country by external forces as good, and still see it as such… How could anyone applaud when their neighbor’s house is on fire? Today Mali is in turmoil… who will be next (Failure of African Leadership)?

Enjoy “5 reasons not to march for the victory of Ouattara” by Gregory Protche.

Celebrating the Life of a Great Economist: Paul-Antoine Bohoun Bouabré

Paul-Antoine Bohoun Bouabré (Source Abidjan.net)
Paul-Antoine Bohoun Bouabré (Source Abidjan.net)

On January 12, 2012, Paul-Antoine Bohoun Bouabré left us. Who was Paul-Antoine? and why should we care?

Well, Paul-Antoine Bohoun Bouabré was a great economist from Côte d’Ivoire.  His genius successfully protected his country from bankruptcy during the years when Côte d’Ivoire was under siege by France (i.e. 2000 – 2011).  Educated in the great schools of his country and in France, he earned a PhD in economics with a specialty in development in 1985.  He then returned to his country where he taught economics at the Universities of Cocody, and Bouaké, and at the Côte d’Ivoire National School of Administration.  In 2000, he joined the government of Laurent Gbagbo, for whom he had great respect, as the minister of Economy and Finances.  After the chaotic military transition of the years 2000 (from Gueï’s coup on 24 December 1999 to the elections of 2000) he single-handedly created a ‘secured budget’ to face all the financial problems of the state of Côte d’Ivoire, as the foreign investors and donors were no longer investing in the country.  His motto was “live within your means and don’t borrow from the outside.”  He did just that: the ‘secured budget’ was founded entirely on internal revenues of the state which increased due to the financial reforms put in place.  He managed to keep Côte d’Ivoire afloat.  After the rebellion of 2002, which totally destabilized the country by splitting it into two, thus depriving the state of more than half of its revenues and territory, Paul-Antoine created the ‘backup budget’ or the ‘safeguard budget’ or ‘the protection budget’ through which he managed to pay all the salaries, and all the state charges for the entire country! All this was done, under the eyes of the rebellion and its foreign allies who gave Gbagbo and his government no less than 3 months to survive; they survived over 8 years in this state of asphyxiation, thanks in part to his efforts!

Flag of Côte d'Ivoire
Flag of Côte d'Ivoire

It just pains me to see how a bright son of Africa has been depicted and demonized in the foreign press.  This great man, and economist kept an entire country afloat through all the foreign pressures.  Imagine for a single moment, a country asphyxiated by all (France, E.U., USA, IMF, World Bank, etc…), and beleaguered from all sides, trying to stay afloat, to pay salaries, and keep the state from sinking….  Imagine the livelihood of millions of people depending on these external forces, forces which do not accept the people’s vote, but prefer their own jockey…  Imagine providing for millions of  men and women, and their children!  Truly, this man, and his entire team, deeply loved their country.  Any man in their right mind would have quit such a job, or would have accused others for their downfall… but Bohoun Bouabré, like so many, stayed in place, and steered the ship in the right direction.  Many may disagree, but Bohoun Bouabré did what the Greek minister of finances could not do when faced with a financial crisis, he did what the Irish could not do, or what the Portuguese cannot do while being faced with a crisis.  All these European countries benefit from the support of their counterparts (E.U.), the US, the IMF, and the World bank, and yet… they cannot and have not been able to keep their ships afloat.  Today, some people want us to believe lies about him, but the truth will always be that Bohoun Bouabré was a great economist, who managed to keep a country like Côte d’Ivoire besieged from all sides, with a population (of 20 millions) bigger than Portugal (10 millions), Greece (10 millions) and Ireland (6 millions) afloat. Yes… this man was a true giant No offense to the Irish, Portuguese, and Greeks, but their finance ministers should take example on Paul-Antoine Bohoun Bouabré, a proud son of Côte d’Ivoire!

Le Président Gbagbo s’adresse aux Ivoiriens à L’occasion de la fête nationale

Laurent Gbagbo
Laurent Gbagbo

J’ai trouvé le discours du Président Gbagbo à l’occasion de la fête d’independance Ivoirienne très très pertinent, surtout face aux problemes actuels de l’Afrique (Côte d’Ivoire, Libye, Zimbabwe, …) dans le nouvel ordre mondial du gangsterisme! J’invite tout africain à le lire. L’intégralité du discours se trouve sur Revue de Presse CI ——

Ivoiriens, Ivoiriennes, peuples de CÔTE D’IVOIRE, très chers compatriotes, très chers habitants de la CÔTE D’IVOIRE.

Je voudrais, en ce jour solennel qui marque le 51ème anniversaire de l’Indépendance de notre pays, me joindre à chacun de vous pour rendre d’abord gloire à Dieu, notre Maître qui continue de manifester sa fidélité à notre pays, malgré les tribulations de ces derniers moments. […]

Cette réflexion est un exercice de prospection de nous-mêmes qui s’impose à chaque citoyen de ce pays, mais surtout aux dirigeants, et aux responsables politiques et administratifs qui ont la charge de conduire le destin de notre nation, surtout dans le contexte actuel de grands traumatismes causés à notre peuple, qui n’aspire qu’à vivre sa souveraineté en tant qu’acteur et sujet de l’humanité, et non pas comme simple objet ou simple spectateur de la construction de sa propre histoire.

L’Indépendance est une notion forte, qui renvoie à un mouvement de rupture. La rupture ici ne s’entend point d’un isolement ou d’un repli sur soi, position idéale des faibles, mais elle correspond plutôt à une métamorphose de la conscience, qui fait passer celui qui s’en prévaut, de la servitude à sa pleine responsabilisation dans le processus de construction de l’humanité. […]

Je mesure mieux de ma position, les grandes souffrances, mais en même temps le grand mérite de tous ces hommes qui, à travers l’Histoire, ont combattu pour la Liberté et l’Indépendance de leur peuple. Je pense notamment à Martin LUTHER KING, dont l’engagement politique jusqu’à la mort a permis, plus de quarante ans après, l’élection de Barack OBAMA comme Président des ETATS-UNIS d’Amérique; à GHANDI, dont l’ œuvre continue de nourrir l’âme de la grande INDE; au Général de GAULLE qui a refusé la fatalité de la défaite pour restaurer la grandeur perdue de la France; à Mao TSE TOUNG, qui a rompu les liens de la servitude au prix d’énormes sacrifices pour donner à la CHINE sa gloire d’aujourd’hui.

Je loue le courage de MANDELA, de Kwame NKRUMAH, de Patrice LUMUMBA et de tous les autres dignes combattants de l’Afrique, qui sont des exemples de don de soi pour la liberté et la fierté du peuple africain. Je salue plus particulièrement la mémoire de nos illustres pères qui ont combattu pour dessiner les contours de ce que nous appelons Indépendance. Leur mérite est tout à fait grand dans le contexte qui était le leur.

Mais nous devons avoir à l’esprit que leur combat serait vain si nous nous arrêtions à admirer seulement leurs acquis. Les symboles de l’Etat et les armoiries de la République nous rappellent chaque jour notre devoir et notre responsabilité devant notre propre destin. Chacun est appelé à leur donner un sens réel. C’est le combat permanent qui doit mobiliser toutes les énergies des filles et fils de notre pays. […] Continue reading “Le Président Gbagbo s’adresse aux Ivoiriens à L’occasion de la fête nationale”

Devoir de Mémoire: Gbagbo dans le tourbillon du Golfe de Guinée

Laurent Gbagbo
Laurent Gbagbo

Aujourd’hui, nous allons faire un rappel mémoire, et regardé ce très beau documentaire qui discute des enjeux géopolitiques et économiques de la Côte d’Ivoire, et les  liens avec la République Démocratique du Congo (RDC).  Une chose très importante à retenir c’est que les enjeux du 21 ème siècle se jouent en Afrique, et que la survie des Etats-Unis et de l’Europe face à l’avancée du géant chinois se jouera en Afrique. Alors, il est primordial pour les américains et européens d’éliminer tous ceux qui voudraient ouvrir leurs frontières aux Chinois, ou qui voudraient pour une fois négocier des contrats justes et la dignité de leurs peuples tels Gbagbo. Attention, les élections en RDC auront lieu en Novembre, et nous prions de tous nos coeurs pour la paix et la survie de notre continent.  Nous, Africains, devons rester dignes et exiger d’ être traités comme des egaux et non des subalternes. Nos sous-sols regorgent de richesses, et nous rêvons de les partager avec tous, mais nous sommes désireux d’être traités comme des partenaires économiques et non des colonies. Continuons nos prières pour la Côte d’Ivoire, pour Laurent et Simone Gbagbo et tous leurs collaborateurs qui se sont battus pour la dignité de leur pays, pour la Libye et le Guide Kadhafi qui fait face à la plus grande armée mondiale transformée en gangster, et prions également pour la RDC et pour toute l’Afrique.  Ce n’est pas parce que certains pays qui nous avaient colonisés hier, sont ruinés financièrement aujourd’hui, que nous devons continuer d’être leur chasse gardée.  Arrêtons de nous faire piétiner.  Faisons preuve de lucidité, de vision, de courage, d’unité, et surtout de force.  N’Krumah rêvait d’une Afrique unie… Le Guide Libyen rêve d’une Afrique unie… rallumons cette flamme… arrêtons de nous diviser, et levons-nous comme un seul homme! (Les Etats-Unis avec 50 états forment un seul pays).

N’oubliez pas de regarder les parties 2, 3, et 4.

Devoir de Mémoire: Laurent et Simone Gbagbo

J’ai décidé de créer cette série intitulée “Devoir de Mémoire”… Nous n’avons pas le droit d’oublier les victimes du génocide et bombardements francais en Côte d’Ivoire.  Nous ne devons pas oublier Laurent et Simone, Affi N’Guessan et Blé Goudé, Jean-Jacques et Geneviève, … C’est notre devoir!  La presse internationale peut oublier (c’est d’ailleurs ce qu’elle fait) alors que des massacres de proches du President Gbagbo continuent d’être perpétrer en Côte d’Ivoire, alors qu’une épuration ethnique est en cours… en bref, un génocide est en cours en Côte d’Ivoire, et ce n’est pas parce que les occidentaux n’en parlent pas que nous africains avont le droit d’oublier.  Ce sont nos frères, soeurs, pères, mères, et enfants qui sont tués pour leurs ideaux… juste parce qu’ils ont osés rever d’autre chose, à cause de leur appartenance ethnique, ou tout simplement pour avoir exercé leur droit de vote et d’expression!  Je vous laisse donc avec une vidéo musicale réalisée en 2008 par de grandes stars ivoiriennes en support au President Gbagbo! Love it!

May 3rd: World Press Freedom Day

World press freedom day
World press freedom day

Today being the World press freedom day, I thought about the freedom of Press in Côte d’Ivoire which is being muzzled by the ADO-rebellion, and the series of media-lies I have heard from the big Western media. I chose to share with you, the different blogs, and newspapers, which present the other side of the story… the side of the people of Côte d’Ivoire who are currently being oppressed, traumatized, raped, attacked, and whose country is being invaded by external forces, and rebels. If you know of other good ones, please let me know.

Aujourd’hui étant la journée de la liberté de presse, j’ai pensé à la liberté de la presse en Côte d’Ivoire qui est muselée par le pouvoir ADO, et toute la série de média-mensonges que j’ai suivi sur les grandes chaînes occidentales.  J’ai donc choisi de partager avec vous les différents blogs, et journaux, qui présentent l’autre côté de l’histoire… celle du peuple ivoirien qui est en ce moment opprimé, traumatisé, violé, attaqué et dont le pays est envahi par des forces étrangères et des rebelles. Si vous connaissez d’autres sites importants, partagez…

La revue de presse Cote d’Ivoire Gbagbo

Le blog de Theophile Kouamouo

Crise Ivoirienne, ou comment l’ONU prend la democratie en otage

Wat-TV

Le Quotidien du Gri-Gri international

Ivoire Business

Directscoop, Presse Africaine

Continue reading “May 3rd: World Press Freedom Day”

“Au dela de Gbagbo: l’Afrique” par Pr. Charly G. Mbock

Pr. Charly Gabriel Mbock
Pr. Charly Gabriel Mbock

«La vraie passion du XXème siècle, c’est la servitude», écrit Camus à propos de notre époque, laquelle «n’offre à choisir que des conformismes». Or comme toute passion, celle de la servitude est souffrance et produit doublement des patients, soit qu’on s’acharne à asservir les autres, soit qu’on se résigne à l’asservissement.  L’on ne s’étonnera sans doute plus que les nations qui se sont autoproclamées propriétaires du monde, et qui de ce fait expriment bien de la souffrance, s’activent, à leur insu parfois, à produire de la souffrance en multipliant des risques de servitude génocidaire chaque fois que leurs intérêts sont interpellés.

Ces puissances du monde n’ont plus de scrupule à promouvoir l’industrie de la violence. Cette dernière ouvre des marchés, produit des armes qu’elle vend, et permet aux multinationales de revenir sur le terrain des violences rebâtir ce que leurs armes ont activement aidé à détruire.  Au bout du compte, il ne s’agit que de marchés, et donc de bénéfices.  Et depuis des siècles, l’Afrique est désignée comme terrain d’expérimentation multiforme pour de nouvelles règles diplomatiques, de nouveaux médicaments et des armes nouvelles dont les propriétaires du monde équipent des Forces naturellement Nouvelles…

L’Union européenne fait la force coloniale

L'Afrique
L'Afrique

Notre monde n’aura pas beaucoup vu les forces de l’ONU censées maintenir la paix s’activer et s’imposer par leur efficacité au Rwanda où il se perpétrait bien des horreurs.  Ces ”soldats de la paix” savaient regarder ailleurs. Tout aura même été fait pour les exfiltrer, les éloigner des zones des massacres, probablement pour «avoir la paix !»… Ce sont cependant ces mêmes ”soldats de la paix” que la même ONU entend largement, et cette fois efficacement, déployer en Côte d’Ivoire, pour cette paix à l’onusienne, dont l’objectif mal maquillé consiste à remettre une jeune nation africaine en revendication de sa souveraineté sous les fourches caudines d’une puissance coloniale à veto. Les forces de maintien de la paix de l’ONU vont donc, à ce qu’on dit, pacifier la Côte d’Ivoire. Il existe déjà en Afrique des pays où les populations savent que cette formule s’est toujours illustrée par des cimetières et des enterrements sommaires dans des fosses communes. Ainsi, c’est pour une raison hautement pacificatrice – quoique d’une éthique plutôt singulière – que l’Organisation des Propriétaires du monde s’est concertée et qu’elle s’est constituée en une internationale colonialiste pour les besoins de sa cause.

La Côte d’Ivoire est donc devenue un cas d’école pour l’Afrique et le monde, au lendemain des cinquantenaires de ce qu’on a pompeusement présenté comme les indépendances africaines.  Certes la Côte d’Ivoire se serait volontiers passée d’une telle distinction ; mais à travers elle, c’est toute l’Afrique qui se trouve en devoir de constater qu’elle est traitée de la main gauche par la «Communauté internationale» dont elle est censée faire partie, mais dont elle devra se savoir exclue, parce que dans le lexique de l’Internationale colonialiste, «international» signifie «occidental». Du fait de l’ONU, l’Afrique se voit donc enfin officiellement et férocement confirmée dans son statut d’ensemble de territoires sans Etats véritablement souverains, la souveraineté d’aucun pays africain n’ayant véritablement figuré à l’ordre du jour de l’ordre colonial et néolibéral dominant. La diplomatie de la «Communauté internationale», inspirée par l’Internationale colonialiste veut que toutes les chancelleries le sachent ; que toutes l’entendent bien ainsi, mais que toutes se gardent bien de le dire, par diplomatie, en confirmation de l’adage où l’Union (européenne) fait la force (coloniale).

La notion de souveraineté appelle cependant quelques observations: chaque fois qu’un potentat africain monte un mauvais coup contre son peuple, il se drape de la « souveraineté»  nationale dans l’espoir d’échapper à toute observation critique ou à toute évaluation extérieure. Ces potentats se plaisent d’autant plus à ce jeu qu’ils s’y livrent impunément, le plus souvent avec l’onction d’une métropole coloniale prompte à donner une crédibilité «internationale» à l’impénitent potentat. Le peuple peut toujours hurler son indignation et sa désolation : «l’homme fort» se sait couvert par son mentor métropolitain, qui lui-même se cache derrière des «accords de défense».  Car sous prétexte de «coopération militaire», la métropole n’hésite jamais à défendre un dictateur contre un peuple, son propre peuple, qui l’a rejeté.

"Decoloniser la France" du Pr. Charly G. Mbock
"Decoloniser la France" du Pr. Charly G. Mbock

La Côte d’Ivoire post électorale nous fait témoins d’un scénario différent, presque inverse : il s’y observe un flagrant déni de souveraineté du peuple ivoirien, moins cette fois par un potentat que par une communauté « internationale» à la rescousse d’une métropole en perte de vitesse en Afrique. Les calculs électoraux et les combinaisons politiciennes ayant mal abouti, il restait à la légalité de prévaloir, force devant rester à la loi. Et la loi fondamentale de la Côte d’Ivoire fait du Conseil constitutionnel le seul organe habileté à proclamer les résultats des élections, quelles qu’en soient la nature et les conditions de déroulement. Contrairement au scenario habituel, ce n’est plus un potentat qui cherche à spolier son peuple de sa souveraineté en comptant sur des appuis métropolitains étrangers. C’est une métropole coloniale qui s’appuie sur un lobby ethno diplomatique et financier pour imposer son diktat à un Etat dont les institutions ont formellement dit le droit, conformément à ses lois. Ce qu’aucune nation occidentale n’accepterait doit donc être imposé à une nation d’Afrique. C’est l’Afrique. Ce n’est donc pas important…

La question semblait banalement arithmétique ; elle a pris toute une dimension juridique et politique qui appelle d’autres questions :

La Côte d’Ivoire est-elle un état souverain membre de l’ONU ?

Si oui, disposerait-elle d’un arsenal juridique propre à en faire un état où se dit le  droit ?

Ces lois ivoiriennes peuvent-elles être invoquées par les Ivoiriens pour des élections en Côte d’Ivoire ?

Si tel pouvait être le cas, d’où viendrait-il qu’une métropole, fût-elle aussi amicale et aussi désintéressée que la française, s’arroge le droit de lancer un ultimatum à un Chef d’Etat que le Conseil Constitutionnel de son pays a légalement proclamé élu, en validation corrective d’une arithmétique des urnes dont il pourrait s’avérer qu’elle a été viciée par des fraudes?

Et Laurent Gbagbo de poser la seule question qui vaille à ses Pairs venus en médiation: «Qui a gagné les élections en Côte d’Ivoire ?» Continue reading ““Au dela de Gbagbo: l’Afrique” par Pr. Charly G. Mbock”

Côte d’Ivoire: la page de la colonisation ré-ouverte

La Cote d'Ivoire
La Cote d'Ivoire

Je n’ai pu m’empecher de partager avec vous cet article du journaliste camerounais Charly Gabriel Mbock publié dans la Dépêche d’Abidjan sur la situation en Cote d’Ivoire et un regain de la colonisation. Article tres pertinent.

——

D’aucuns ne comprennent pas qu’en plein XXIème siècle, il se trouve encore des Africains pour douter de la profondeur de l’amitié franco-africaine.  L’amour que la France nourrit pour l’Afrique est pour le meilleur et pour le pire. Seules les ’’mauvaises langues’’ persistent à s’imaginer que dans cet attelage, la France s’arroge le meilleur en confinant l’Afrique au pire. Mais peut-être vaut-il mieux pécher par lucidité que par imbécillité. La Cote d’Ivoire donne en effet la pleine mesure de l’immense amour que la France des libertés, de la fraternité et de l’égalité nourrit pour l’Afrique : un amour un peu écarlate, il est vrai. Mais le rouge vif des roses ne symbolise-t-il pas l’éclat de l’amour qu’on témoigne à l’objet aimé ?

L’amour de la France pour l’Afrique est donc si et si vif qu’il se confirme comme un amour négrophage, si carnassier qu’il fait de la France une grande puissance hémophage.

Au nom de la démocratie françafricaine, nul n’aurait spontanément imaginé que a France eût simplement pu songer à assassiner près de 3000 jeunes Ivoiriens à Abidjan ! Mais ces chiffres circulent sur internet et sont disponibles dans certaines grandes Chancelleries. Cette nation de la fraternité ne saurait assassiner autant de frères humains : la France a donc seulement supprimé la vie à ces jeunes Africains proclamés criminels pour avoir osé soutenir le Président National qu’ils estiment avoir élu, contre un Président élu par la Communauté internationale. Ils sont passés de vie à trépas parce que le Napoléon nouveau est arrivé en France, et que tout crime africain de lèse Tricorne mérite d’être puni de mort par la Licorne.
Ici, les images d’un autre pays africain en lutte en 1945 remontent : la Légion étrangère de France, de fort sanguinaire réputation, n’hésita pas à liquider 17.000 Algériens à Sétif et Constantine. Cette extermination massive fut activement maquillée et couverte pour la visite de Tixier, alors ministre français des Affaires Etrangères. En effet, préoccupé par les reportages de plus en plus précis des médias, et soupçonnant de mensonge les rapports orientés des autorités françaises en poste en Algérie, le ministre Tixier dut faire une descente en Algérie pour se faire une opinion personnelle et directe.  Les commanditaires français locaux de ce massacre durent subrepticement exhumer des milliers de corps des charniers pour les déplacer et les incinérer dans les fours à chaux d’un colon français de la place. Ces Français avaient appris une grande pratique des Nazis ; ils l’appliquaient aux Africains d’Algérie. Et pour ne pas perturber la bonne conscience de «la communauté internationale» d’alors, les rapports très officiels qui furent publiés conclurent qu’il y avait environ 103 colons français morts et 15.000 morts côté algérien. Ce rapport précisait que ces morts n’étaient pas dues à l’armée française d’occupation, que la
France n’avait jamais eu à tirer sur qui que ce soit, mais que ces morts étaient la regrettable conséquence des émeutes que l’Algérie avait connues pour cause de famine! Par amitié, la France se proposa d’aider l’Algérie à éloigner le spectre d’une famine aussi meurtrière ! Il ne fallait surtout pas laisser éclater le scandale de cette boucherie : la France voulait présenter au monde une image angélique et vertueuse au moment où se mettait en place un organe aujourd’hui connu sous le nom de l’ONU.
Le hasard de l’histoire veut que 70 ans après, une autre Légion étrangère de France sévisse en Côte d’Ivoire ; et qu’Alain Juppé, un autre ministre français des Affaires étrangères, se mobilise et tente de divertir l’opinion internationale en la détournant du spectacle des milliers de cadavres d’Ivoiriens qui jonchent les rues d’Abidjan. Mais il se trouve cette fois que les cameras sont présentes : des journalistes et des cinéastes ont pris des images, et certaines puissances à veto au Conseil dit «de sécurité» en détiennent d’horribles et de bien embarrassantes pour l’angélisme affiché d’une France qui, pour ne pas plonger seule, n’a pas hésité à compromettre l’ONU.
C’est qu’il y a longtemps qu’en Côte d’Ivoire, la question n’est plus électorale. Il y a longtemps qu’elle n’est plus ni morale, ni éthique : la
question est d’une obscène concupiscence, matérielle et mercantile. La France a voulu et a cru pouvoir se cacher derrière l’ONU. Elle avait des raisons de le penser, l’ONU étant cet organisme d’après guerre qui fut conçu par des Occidentaux, pour un Occident anxieux et impatient de se doter d’un instrument de protection de ses intérêts géostratégiques et hégémoniques de domination d’un monde qu’il s’était partagé. Aujourd’hui, hélas, l’ONU est bien nue ! Quant à la France qui espérait s’en couvrir, le giclement du sang des Ivoiriens est un torrent écarlate qui confirme l’idéologie sanglante que chante la Marseillaise. Mais de mémoire d’Ivoirien, l’on ne vit jamais un éléphant se
cacher efficacement derrière une feuille de cacaoyer. La mise à nu de l’ONU a fini par mettre la France à découvert. Convoité pour ses richesses, un Peuple d’éléphants se retrouve pour ainsi dire sans défense, face à la furie paradoxalement et fort scandaleusement meurtrière de l’ONU. On aura donc vu cela : des ’’soldats de la paix’’ bombardant les institutions d’une nation membre de l’ONU, «au nom de la paix», «pour protéger des civils», en collusion avec un membre à veto du Conseil de … sécurité !

Il va sans doute falloir repenser tout cela, et sans doute tout rebaptiser; non seulement parce que nous autres Africains savons aujourd’hui qu’il n’y a pas de «soldats de la paix», mais parce que le Conseil présumé de sécurité ne sécurise visiblement que les intérêts des nations à veto, au détriment des peuples qui, de ce fait même, n’ont pas voix au chapitre à l’ONU.

De Gaulle se passait volontiers de cette Organisation quand les appétits de la France étaient contrariés par des principes onusiens. Et c’est ce «machin», comme il l’appelait, que les Etats Unis ont superbement ignoré quand il a fallu qu’un fils président des Etats Unis lave l’humiliation que Saddam Hussein avait infligée à son président de père. La belle «Busherie» qui a suivi à coup de mensonges médiatiques aura-t-elle inspiré la France – qui n’a pas supporté le camouflet que Laurent Gbagbo lui a donné, entre autres en refusant d’aller
célébrer le cinquantenaire d’une indépendance qu’il persistait, lui, à revendiquer pour la Cote d’Ivoire ? En finir avec Saddam Hussein pour les uns au nom du père et au mépris de l’ONU. En finir avec Gbagbo pour les autres, au nom du pèze et en compromettant l’ONU. C’est sur fond de cette émotivité revancharde et ravageuse que l’Occident s’est autoritairement et arbitrairement engagé à décimer des populations non occidentales, au prétexte de démocratiser leurs pays.
Lire la suite …

Une prière pour la Côte d’Ivoire/ A prayer for Côte d’Ivoire

 
Thomas Sankara
Thomas Sankara

La patrie ou la mort nous vaincrons!

Telle était la devise de Thomas Sankara, notre grand Che africain, ce grand maitre de la révolution Burkinabé, le president du Faso. Telle est la devise que nous nous devons de garder dans nos coeurs en ce moment pour la Côte d’Ivoire: savoir que nous nous battons pour notre liberté, pour notre patrie, pour la seule terre que le bon Dieu a bien voulu nous donner! Amandla!… Ngawethu!

Homeland or death, we shall overcome!

La Cote d'Ivoire
La Cote d'Ivoire

Such was the motto of Thomas Sankara, our great African Che, this great master of the Burkinabe revolution, the president of Burkina Faso. This is the motto that we must keep in our hearts for Côte d’Ivoire right now: to know that we are fighting for our freedom, for our country, for the only land God ever gave us! Amandla! …Ngawethu! Power to the People!

Patria o muerte, venceremos!
Tal era el lema de Thomas Sankara, nuestro gran Che de África, este gran maestro de la revolución de Burkina Faso, el presidente de Burkina Faso. Este es el lema que debemos tener en nuestros corazones para Côte d’Ivoire en este momento: saber que estamos luchando por nuestra libertad, para nuestro país, por la tierra sólo Dios nunca nos dio! Amandla!… Ngawethu!

Pátria ou morte, venceremos!
Esse foi o lema de Thomas Sankara, o nosso grande Africano Che, este grande mestre da revolução burkinabe, o presidente do Burkina Faso. Este é o lema que devemos ter em nossos corações para Côte d’Ivoire agora: saber que estamos lutando por nossa liberdade, para o nosso país, para a única terra que Deus já nos deu! Amandla!… Ngawethu!