Why the Name: Windhoek?

Nambia2Ever wondered what the name of the capital city of Namibia, Windhoek, mean? To me, thinking about the English beginning ‘Wind‘, I wonder if its name has something to do with wind, even though Namibia was never a British colony? However the end part ‘Hoek‘ does not sound English at all. Could the name be a European ‘deformation’ of a local name, the way Yaoundé or Abidjan are?

Windhoek_19eme siecle
Windhoek settlement at the end of the 1800s

Well, imagine my surprise when I found out that Windhoek stand for ‘wind-hoek‘ or “Wind Corner” in Afrikaans (Windhuk in German). Knowing that the country was a German colony, why will it have an Afrikaans’ name? The two languages being so close together, maybe the name was first German, and later on Afrikaans, given that the country fell under South African ‘administration’ after Germany lost first world war.  Well, it is said that the city was founded in 1844, by Captain Jonker Afrikaner who named it Windhoek after the Winterhoek Mountains at Tulbagh in South Africa, where his ancestors originated from.

Windhoek_2
Windhoek settlement at the end of the 1800s

In its history, the city of Windhoek has had at least 7 different names: “Aigams” for hot springs as named by the local nomadic Khoekhoe people; “Otjomuise” for the place of steam as named by the local Herero people; both names referring to the hot springs located near today’s city center. It was later named “Queen Adelaide’s Bath” by English explorers in 1836. Then it was named “Concordiaville” by Rhenish Missionaries. In 1840, it was named “Winterhoek” by Jonker Afrikaner and his group of Nama people who were emigrating from the Cape. It became “Windhuk” in 1890 with the German colonization of the country, and it has been “Windhoek” since 1920 under South African administration and has remained so after independence in 1990.

Windhoek_Stamp
Windhoek settlement at the end of the 1800s

Located in the Khomas Highland plateau area, in central Namibia, Windhoek stands at around 1700 m above sea level. It is the social, economic, political, industrial, and cultural center of the country. It is a bustling, growing city, and tourism is playing a big part in the city’s life as well. Enjoy the video below about Windhoek.

 

Why the Name: Abidjan?

Abidjan
Abidjan

After walking on the sandy beaches of Abidjan, I have often romanticized the name of such a beautiful place, and no matter how much intellectual gymnastics I did, I could never decipher its meaning.  After all, I do not speak the local language, but I somehow thought that it could have been a French name with some local texture to it; but which one?

Map of Côte d'Ivoire
Map of Côte d’Ivoire

Well, according to oral tradition of the Ébrié people as reported in the Encyclopedic Dictionary of Côte d’Ivoire, the name “Abidjan” results from a misunderstanding.  Legend states that an old man carrying branches to repair the roof of his house met a European explorer who asked him the name of the nearest village.  The old man who did not speak the language of the explorer, thought that he was being asked to justify his presence in that place.  Terrified by this unexpected meeting, he fled shouting “min-chan m’bidjan“, which means in the Ébrié language: “I return from cutting leaves.”  The explorer, thinking that his question had been answered, recorded the name of the locale as Abidjan.

La ville d'Abidjan
La ville d’Abidjan (source RFI)

A slightly different and less elaborate version of the legend is as such: When the first colonists asked native women the name of the place, the women misunderstood and replied “T’chan m’bi djan“: “I’ve just been cutting leaves“. Thus the name Abidjan.

Originally a fishing village, Abidjan was made the capital city of the French colony after a deadly epidemic of yellow fever decimated the French colonists in 1896 in Bassam.  In 1934, Abidjan became the third capital of Côte d’Ivoire after Grand-Bassam and Bingerville.  It offered more opportunities for trade expansion, particularly with its greater wharf.  In 1983, the capital was moved to Yamoussoukro, the village of then-president Félix Houphouët-Boigny.  However, Abidjan has remained the political and economic heart of the country.

Aerial view of Abidjan (Source: raymondadrienne.blogspot.com)
Aerial view of Abidjan (Source: raymondadrienne.blogspot.com)

Today, Abidjan is Côte d’Ivoire’s largest city, and the third largest French-speaking city in the world after Paris and Kinshasa.  The city is located in the Ébrié Lagoon on several converging peninsulas and islands connected by bridges.  Abidjan is considered a cultural hub for most of West Africa, and Francophone Africa in particular.  It has the biggest port in West Africa, and second largest port of Africa after the Lagos port in Nigeria.  With the political unrest of the past decade which reached its paroxysm in 2011 with the French army bombing strategic places in Abidjan in order to impeach President Laurent Gbagbo (including the presidential palace), the city has been destroyed, and is today going through a rebuilding phase.

Affectionately nicknamed the “Manhattan of the tropics“, “Small Manhattan“, or “Pearl of Lagoons“, because of its impressiveness, Abidjan is a unique city perfect for business tourism.  The place is so beautiful, that the French once considered making Côte d’Ivoire an overseas department of France; it is not so far from it today, but that will be the subject for another day.  The video below is on Côte d’Ivoire as a whole.  Enjoy!

Côte d’Ivoire: la page de la colonisation ré-ouverte

La Cote d'Ivoire
La Cote d'Ivoire

Je n’ai pu m’empecher de partager avec vous cet article du journaliste camerounais Charly Gabriel Mbock publié dans la Dépêche d’Abidjan sur la situation en Cote d’Ivoire et un regain de la colonisation. Article tres pertinent.

——

D’aucuns ne comprennent pas qu’en plein XXIème siècle, il se trouve encore des Africains pour douter de la profondeur de l’amitié franco-africaine.  L’amour que la France nourrit pour l’Afrique est pour le meilleur et pour le pire. Seules les ’’mauvaises langues’’ persistent à s’imaginer que dans cet attelage, la France s’arroge le meilleur en confinant l’Afrique au pire. Mais peut-être vaut-il mieux pécher par lucidité que par imbécillité. La Cote d’Ivoire donne en effet la pleine mesure de l’immense amour que la France des libertés, de la fraternité et de l’égalité nourrit pour l’Afrique : un amour un peu écarlate, il est vrai. Mais le rouge vif des roses ne symbolise-t-il pas l’éclat de l’amour qu’on témoigne à l’objet aimé ?

L’amour de la France pour l’Afrique est donc si et si vif qu’il se confirme comme un amour négrophage, si carnassier qu’il fait de la France une grande puissance hémophage.

Au nom de la démocratie françafricaine, nul n’aurait spontanément imaginé que a France eût simplement pu songer à assassiner près de 3000 jeunes Ivoiriens à Abidjan ! Mais ces chiffres circulent sur internet et sont disponibles dans certaines grandes Chancelleries. Cette nation de la fraternité ne saurait assassiner autant de frères humains : la France a donc seulement supprimé la vie à ces jeunes Africains proclamés criminels pour avoir osé soutenir le Président National qu’ils estiment avoir élu, contre un Président élu par la Communauté internationale. Ils sont passés de vie à trépas parce que le Napoléon nouveau est arrivé en France, et que tout crime africain de lèse Tricorne mérite d’être puni de mort par la Licorne.
Ici, les images d’un autre pays africain en lutte en 1945 remontent : la Légion étrangère de France, de fort sanguinaire réputation, n’hésita pas à liquider 17.000 Algériens à Sétif et Constantine. Cette extermination massive fut activement maquillée et couverte pour la visite de Tixier, alors ministre français des Affaires Etrangères. En effet, préoccupé par les reportages de plus en plus précis des médias, et soupçonnant de mensonge les rapports orientés des autorités françaises en poste en Algérie, le ministre Tixier dut faire une descente en Algérie pour se faire une opinion personnelle et directe.  Les commanditaires français locaux de ce massacre durent subrepticement exhumer des milliers de corps des charniers pour les déplacer et les incinérer dans les fours à chaux d’un colon français de la place. Ces Français avaient appris une grande pratique des Nazis ; ils l’appliquaient aux Africains d’Algérie. Et pour ne pas perturber la bonne conscience de «la communauté internationale» d’alors, les rapports très officiels qui furent publiés conclurent qu’il y avait environ 103 colons français morts et 15.000 morts côté algérien. Ce rapport précisait que ces morts n’étaient pas dues à l’armée française d’occupation, que la
France n’avait jamais eu à tirer sur qui que ce soit, mais que ces morts étaient la regrettable conséquence des émeutes que l’Algérie avait connues pour cause de famine! Par amitié, la France se proposa d’aider l’Algérie à éloigner le spectre d’une famine aussi meurtrière ! Il ne fallait surtout pas laisser éclater le scandale de cette boucherie : la France voulait présenter au monde une image angélique et vertueuse au moment où se mettait en place un organe aujourd’hui connu sous le nom de l’ONU.
Le hasard de l’histoire veut que 70 ans après, une autre Légion étrangère de France sévisse en Côte d’Ivoire ; et qu’Alain Juppé, un autre ministre français des Affaires étrangères, se mobilise et tente de divertir l’opinion internationale en la détournant du spectacle des milliers de cadavres d’Ivoiriens qui jonchent les rues d’Abidjan. Mais il se trouve cette fois que les cameras sont présentes : des journalistes et des cinéastes ont pris des images, et certaines puissances à veto au Conseil dit «de sécurité» en détiennent d’horribles et de bien embarrassantes pour l’angélisme affiché d’une France qui, pour ne pas plonger seule, n’a pas hésité à compromettre l’ONU.
C’est qu’il y a longtemps qu’en Côte d’Ivoire, la question n’est plus électorale. Il y a longtemps qu’elle n’est plus ni morale, ni éthique : la
question est d’une obscène concupiscence, matérielle et mercantile. La France a voulu et a cru pouvoir se cacher derrière l’ONU. Elle avait des raisons de le penser, l’ONU étant cet organisme d’après guerre qui fut conçu par des Occidentaux, pour un Occident anxieux et impatient de se doter d’un instrument de protection de ses intérêts géostratégiques et hégémoniques de domination d’un monde qu’il s’était partagé. Aujourd’hui, hélas, l’ONU est bien nue ! Quant à la France qui espérait s’en couvrir, le giclement du sang des Ivoiriens est un torrent écarlate qui confirme l’idéologie sanglante que chante la Marseillaise. Mais de mémoire d’Ivoirien, l’on ne vit jamais un éléphant se
cacher efficacement derrière une feuille de cacaoyer. La mise à nu de l’ONU a fini par mettre la France à découvert. Convoité pour ses richesses, un Peuple d’éléphants se retrouve pour ainsi dire sans défense, face à la furie paradoxalement et fort scandaleusement meurtrière de l’ONU. On aura donc vu cela : des ’’soldats de la paix’’ bombardant les institutions d’une nation membre de l’ONU, «au nom de la paix», «pour protéger des civils», en collusion avec un membre à veto du Conseil de … sécurité !

Il va sans doute falloir repenser tout cela, et sans doute tout rebaptiser; non seulement parce que nous autres Africains savons aujourd’hui qu’il n’y a pas de «soldats de la paix», mais parce que le Conseil présumé de sécurité ne sécurise visiblement que les intérêts des nations à veto, au détriment des peuples qui, de ce fait même, n’ont pas voix au chapitre à l’ONU.

De Gaulle se passait volontiers de cette Organisation quand les appétits de la France étaient contrariés par des principes onusiens. Et c’est ce «machin», comme il l’appelait, que les Etats Unis ont superbement ignoré quand il a fallu qu’un fils président des Etats Unis lave l’humiliation que Saddam Hussein avait infligée à son président de père. La belle «Busherie» qui a suivi à coup de mensonges médiatiques aura-t-elle inspiré la France – qui n’a pas supporté le camouflet que Laurent Gbagbo lui a donné, entre autres en refusant d’aller
célébrer le cinquantenaire d’une indépendance qu’il persistait, lui, à revendiquer pour la Cote d’Ivoire ? En finir avec Saddam Hussein pour les uns au nom du père et au mépris de l’ONU. En finir avec Gbagbo pour les autres, au nom du pèze et en compromettant l’ONU. C’est sur fond de cette émotivité revancharde et ravageuse que l’Occident s’est autoritairement et arbitrairement engagé à décimer des populations non occidentales, au prétexte de démocratiser leurs pays.
Lire la suite …

La Bataille pour le Contrôle d’Abidjan

La Côte d'Ivoire
La Côte d'Ivoire

A la veille du deuxième tour des élections en Côte d’Ivoire qui verra soit Laurent Gbagbo ou Alassane Ouattara être élu président de la Côte d’Ivoire, j’ai trouvé qu’il n’y avait rien de tel qu’une petite historique sur le conflit qui sévit en Côte d’Ivoire depuis 2001, et ses principaux acteurs. Le documentaire que vous allez voir a été produit par la chaine Arte, et fait lumière sur la bataille pour le contrôle d’Abidjan. De nombreux acteurs tels le defunt président Houphouët Boigny, le defunt général Robert Guéï, le président actuel du CI Laurent Gbagbo, l’ancient PM Alassane Ouattara, et l’ancien président du CI Konan Bédié (et son ivoirité), la France, le Liberia de Charles Taylor,  et le Burkina Faso de Blaise Compaoré y figurent.

Ivory Coast Flag
Ivory Coast Flag

A few days before the second round of elections in Ivory Coast, which will see either Laurent Gbagbo or Alassane Ouattara become president, I thought that a little turn down memory lane will be more than appropriate. The following documentary is from the channel Arte, and details the battle for the control of Abidjan and its numerous actors among which the first president of Ivory Coast Houphouet Boigny, General Robert Guei, President Laurent Gbagbo, ex-PM Alassane Ouattara, ex-president Konan Bedie, France, Liberia of Charles Taylor, and the Burkina Faso of Compaore. Enjoy!

N’oubliez pas de regarder Parties 2, 3, et 4.